Vous aviez semé une fleur
Elle était fragilité
Cette fleur pour cacher sa vulnérabilité
Elle s'était renfermée et cachée sous les  épines

La fleur n'avait pas compris la vie
La vie pourtant aimait la fleur
La fleur a fait ses adieux à la vie
La vie est restée peinée, suffoquée
Elle a même pensé mourir
Pour rejoindre la fleur dans l'autre vie

Il faut maintenant que la vie sache
Que la fleur avait la responsabilité de sa vie
Il reste qu'intégrer la perte de sa fleur
Ça va exiger du temps à la vie

J'ose demander à la vie de laisser la culpabilité vaguer
Qu'elle se rappelle qu'elle aimait la fleur
Je demande à la vie de garder le souvenir de sa fleur

Elle se doit pour une autre fleur, pour elle-même
De retrouver le Chemin de l'espoir

Je salue la vie, elle est mon amie
Je lui dis, prends le temps du chagrin
Il est normal qu'après l'ouragan
On cherche une voie d'explication
Au geste si violent de la fleur

Laisser le temps au temps
Ne creusez pas trop les significations
Les fleurs sont souvent contradictoires

                                      Amitiés
                                      Jean-Paé
* Ce poème est une geste de  consolation offert à une mère
dont le fils s'est enlevé la vie


 
RETOUR
Index