Ce soir l'envie me prend de feuilleter
L'album de nos doux souvenirs
Il me rappelle ces merveilleux jours passés
À nous aimer, bâtissant l'avenir

Je nous revois, jeunes, beaux et insouciants
Mordant dans la vie à pleines dents
On aurait voulu arrêter le temps
Pour que ce bonheur dure éternellement

On se jurait de s'aimer toujours
Qu'il n'y aurait jamais un autre amour
Le plus fou c'est qu'on y croyait
Nous n'étions que deux enfants il est vrai
De jeunes adultes, presque des adolescents
Qui croyaient qu'ils s'aimeraient la vie durant

Je me souviens de nos courses folles
De nos poursuites effrénées
Comme des oiseaux prenant leur envol
De peur de perdre leur liberté

Je me rappelle aussi ces nuits sans lune
Ou nous marchions sur cette plage
N'ayant pour tout témoins que les dunes
Qui chuchotaient sur notre passage

Nul n'avait besoin de parler
Nos coeurs battaient à l'unisson
Tous deux parlaient le même langage
Nul n'avait besoin de parler
Main dans la main, nous le savions
Longtemps nous reviendrions sur cette plage

Que de projets nous avons faits
Nous aurions un jour des enfants
Dont nous avions même choisi les prénoms
Ils seraient en tous points parfaits
C'était notre voeu le plus grand

Nous revions aussi d'une jolie maison
Ou nos enfants pourraient grandir
Y vivre heureux et s'épanouir

Je me souviens aussi de nos fous rires
De cette complicité qui était nôtre
Et parmi tous ces souvenirs
Une seule chose me hante encore

Je voudrais avant de mourir
Savoir quels sont mes torts
Maintenant que la poussière est retombée
Que les plaies de mon coeur sont cicatrisées

Dis-moi, oh dis-moi je t'en prie
Dis-moi pourquoi es-tu parti?

                                       Lucie


 
RETOUR
Index